S'éduquer, découvrir, se mobiliser
Model European Parliament Copenhague 29/10-05/11 2016

 

Le MEP cet automne se tenait à Copenhague. Pour la première fois depuis des années, le MEP tenait une session dans un pays de l’Europe scandinave, un pays typique de cette Europe, si proche de nous mais aussi si différente dès que l’on prête attention aux mille et un détails de la vie quotidienne. Le MEP fut donc pour notre groupe l’occasion d’expérimenter in vivo quelque chose de la Scandinavie.

Pour qui s’en tiendrait à leur décontraction, à leur absence de formalisme et au caractère très libéral de leur éducation, les Danois semblent s’affranchir de toute règle. Le spectacle de la rue démontre tout le contraire. Le vélo est un moyen de déplacement universel que les tarifs de stationnement dissuasifs, même au regard du niveau de vie local, ne peuvent qu’encourager ; le matin des cohortes de cyclistes envahissent les pistes cyclables mais dans un ordre parfait ; file du milieu pour ceux qui vont tout droit, file de gauche pour ceux qui tournent à gauche etc… Chacun respecte sa file, prend sa place dans la file et personne ne la  remonte pour se rabattre brutalement et doubler tout le monde au dernier moment. Qui veut s’arrêter le signale ostensiblement en levant la main droite, tel un chef indien ponctuant son propos d’un « hugh » définitif. Le piéton est prié de ne pas empiéter sur la piste cyclable et le touriste étranger est aimablement rappelé au respect de la délimitation peinte au sol. Quant à celui qui traverserait un passage piéton dans une rue déserte sans attendre que le feu soit vert pour lui, il risque de s’attirer de vertes remarques.

L’écologie est une autre démonstration très concrète du civisme danois. Une des élèves a expérimenté une forme originale de cet engagement ; elle était logée dans un lotissement abritant une sorte de communauté. Chaque famille disposait d’une petite maison parfaitement, équipée ; panneaux solaires, malgré la rigueur du climat ; éolienne alimentée par un vent qui fait le malheur des vendeurs de parapluie ; récupérateur d’eau de pluie assuré d’être promptement rempli ; système de compostage ; potager bio. Au centre du lotissement, se trouvait une maison commune utilisée pour des repas et réunions hebdomadaires de tous les habitants de ce lotissement.

L’architecture extérieure comme intérieure témoigne aussi d’un art de vivre et d’une société particulière. Le Danemark c’est une passion pour le design ; adapter  l’objet, le logement, l’immeuble ou la maison à un mode de vie ; construire à échelle humaine, voilà ce qui est le plus constant et le plus visible dans la ville danoise. Ce pays est un paradis pour architectes et designers ; ils ont carte blanche pour imaginer des formes ; ils les multiplient, osent toutes les couleur et font de Copenhague, une ville des plus modernes mais toujours à taille humaine. Point de haie isolant totalement la maison de l’extérieur ; des logements ouverts par de grandes baies vitrées permettant au regard de plonger jusqu’au coeur du cadre familial. Des balcons aux formes les plus variés pour chaque appartement ; des gens qui prennent le soleil, quand il y en a, mais dès qu’il y en a. La plupart des élèves ont expérimenté un autre aspect inattendu  de la vie danoise, l’absence de de serrures voire de portes à l’intérieur des maisons ou des appartements, parfois même aux salles de bains.

Le MEP est une leçon de démocratie et une leçon de sociologie pour qui prend le soin de porter un regard curieux et intelligent sur ce qui l’entoure. Ce groupe aura eu ce talent.

Pierre-Marie Imbert, professeur d'Histoire-Géographie