S'éduquer, découvrir, se mobiliser

The Model European Parliament Vienne 29 mars- 5 avril 2014

 

Le MEP existe depuis 1994. Il réunit 5 lycéens représentant chacun des 28 Etats membres et des 3 Etats qui négocient leur adhésion. Une semaine durant, ils vont expérimenter ce qu'est le travail parlementaire et débattre en anglais de sujets complexes tels que les conséquences du vieillissement de la population sur le marché du travail.

Le MEP est tout d'abord, pour tous les lycéens participant, un moment majeur dans leur éducation. Chacun doit préparer le dossier dont il aura à débattre en commission, dossier qui nécessite une compétence technique certaine et la maîtrise d'un vocabulaire spécifique ; sans cette préparation, nul ne saurait avoir une quelconque crédibilité devant la quinzaine d'autres membres de sa commission. Il ne suffit cependant pas d'être apte à argumenter ; il faut respecter les procédures parlementaires et prendre en compte le rythme des débats. Il ne s'agit pas de parler mais de parler en respectant le formalisme du débat dans un parlement, de le faire à bon escient et de savoir aller à l'essentiel en sachant qu'on n'obtiendra peut-être plus la parole sur tel ou tel sujet ; tout cela réclame une discipline de la parole qui impose d'être exigeant avec soi-même. Il suffit de voir l'état de fatigue physique et nerveuse de bien des participants après une journée de session, même quand ils ont une bonne maîtrise de l'anglais, pour mesurer l'intensité de l'effort fourni.

Venir au MEP, c'est savoir rompre les barrières : personne ne se connaissait quelques heures auparavant ; dans ce temps d'autant plus intense qu'il est bref on noue des amitiés, en anglais souvent, mais aussi en allemand, en italien, en espagnol et à l'occasion en français. Venir au MEP, c'est se mobiliser au service d'une idée ; depuis 1994, à raison de deux sessions par an, ce sont plus de 3.000 lycéens qui sont venus au MEP. Tous ces lycéens ne sont pas partisans d'une Europe fédérale et certains sont euro-sceptiques ; tous ne travailleront pas pour l'Europe ; tous néanmoins y auront reçu un élan et tous en auront été marqués.

Le MEP, ce printemps, se tenait à Vienne, capitale de l'ex-Empire d'Autriche-Hongrie, un héritage qui transparaît dans l'architecture de tout le centre-ville ; la mort de l'héritier de la couronne fut un des éléments déclencheurs d'un conflit qui ouvrait un demi-siècle de cauchemar pour le continent. Plusieurs capitales européennes en cette année de commémoration ont organisé des expositions; ce fut l'occasion pour le MEP d'organiser une conférence-débat dans la Bibliothèque Nationale, site de l'exposition autrichienne, avec des diplomates et députés autrichiens dont un descendant de l'archiduc héritier, victime de l'attentat de Sarajevo. On ne pouvait être plus au cœur de l'Histoire qu'en ce lieu et en cet instant. C'est aussi cela la magie du MEP.

Pierre-Marie IMBERT