Le MEP (Model European Parliament)

logo mep

 

Destinée à éveiller la conscience européenne des jeunes concernés, cette expérience, imaginée et initiée par les Pays Bas en 1994 et à laquelle Sainte Marie participe régulièrement, rassemble deux fois par an, dans une grande ville européenne, quelque 300 lycéens issus des 27 pays membres de l'union européenne et des trois pays candidats. Une semaine durant, ils s'initient au travail législatif européen en prenant part à une simulation du Parlement Européen ; ils élaborent, au sein de commissions, un projet de résolutions présenté au vote lors d'une assemblée plénière finale.

Riche en termes de rencontres et d'apprentissage de la diversité tout d'abord, c'est évident. Riche sur le plan intellectuel, aussi, puisqu'une véritable réflexion est attendue de chacun et de chacune sur des sujets non scolaires comme : la politique étrangère de l'Union Européenne ou les politiques de prévention en matière de tabac, d'alcool et de drogue. Le partage de cette réflexion constitue un autre défi : prendre la parole (en anglais, langue obligatoire des débats européens) au bon moment, synthétiser ses idées et convaincre une assemblée dans une langue qui n'est pas la sienne, exigent un art certain de la communication. Riche enfin et peut-être surtout, sur le plan de l'initiation politique : cette semaine est l'espace d'un éveil concret aux enjeux, aux modalités et aux difficultés de la construction d'un avenir européen commun. Une expérience déterminante dans une Europe en mouvement marquée par un certain désintérêt de la chose politique chez les jeunes générations.

 

Pour en savoir plus sur la session du MEP à Maastricht, cliquer ici. 

powerpoint


Diaporama de la session de février 2017 (Maastricht)

 

Pour en savoir plus sur la session du MEP à Copenhague, cliquer ici. 

powerpoint


Diaporama de la session d'octobre-novembre 2016 (Copenhague)

 

Pour en savoir plus sur la session du MEP à Budapest, cliquer ici. 

powerpoint


Diaporama de la session d'avril 2016 (Budapest)

 

Pour en savoir plus sur la session du MEP à Berlin, cliquer ici. 

powerpoint


Diaporama de la session de novembre 2015 (Berlin)

 

La politique aussi, ça s’apprend.

En octobre 2010, six élèves de Première et Terminale sont parties passer une semaine à Istanbul. Au programme, pas de visites mais des débats. Et des débats ciblés et rigoureusement orchestrés. Elles avaient en effet le privilège de participer à la 31ème session du M.E.P ou Model European Parliament.

Destinée à éveiller la conscience européenne des jeunes concernés, cette expérience, imaginée et initiée par les Pays Bas en 1994 et à laquelle Sainte Marie participe régulièrement, rassemble deux fois par an, dans une grande ville européenne, quelque 300 lycéens issus des 27 pays membres de l’union européenne et des trois pays candidats.

Une semaine durant, ils s’initient au travail législatif européen en prenant part à une simulation du Parlement Européen ; ils élaborent, au sein de commissions, un projet de résolutions présenté au vote lors d’une assemblée plénière finale.

Une semaine vite passée mais moins vite oubliée tant elle est riche sur tous les plans.

Riche en termes de rencontres et d’apprentissage de la diversité tout d’abord, c’est évident.

Riche sur le plan intellectuel, aussi, puisqu’une véritable réflexion est attendue de chacun et de chacune sur des sujets non scolaires comme : la politique étrangère de l’Union Européenne à l’égard de l’Afghanistan ou les politiques de prévention en matière de tabac, d’alcool et de drogue. Le partage de cette réflexion constitue un autre défi : prendre la parole (en anglais, langue obligatoire des débats européens) au bon moment, synthétiser ses idées et convaincre une assemblée dans une langue qui n’est pas la sienne, exigent un art certain de la communication.

Riche enfin et peut-être surtout, sur le plan de l’initiation politique : cette semaine est l’espace d’un éveil concret aux enjeux, aux modalités et aux difficultés de la construction d’un avenir européen commun. Une expérience déterminante dans une Europe en mouvement marquée par un certain désintérêt de la chose politique chez les jeunes générations.